Le 25 janvier, on cause pour la cause

Le 25 janvier, chaque fois que vous appelez, textez et que vous joignez la conversation sur les médias sociaux, Bell versera 5 ¢ de plus pour des initiatives en santé mentale.

  • Message texte
  • Téléphone
  • twitter
  • instagram
  • facebook
  • snapchat
Préparez-vous

La pause santé mentale

Nos porte-paroles se sont livrés en parlant de leur expérience personnelle avec la maladie mentale. Voyez ce qu'ils ont à dire.

5 façons simples d'aider à mettre fin à la stigmatisation et d’amorcer la discussion

La stigmatisation peut empêcher ceux qui souffrent de maladie mentale d’aller chercher l’aide dont ils ont besoin. En partenariat avec la Dr Heather Stuart, la Chaire de recherche Bell sur la santé mentale et la lutte contre la stigmatisation de l’Université Queen’s a développé 5 façons simples d’aider à mettre fin à la stigmatisation et à engager la discussion.

Trouver le mot juste

Les mots que vous employez peuvent faire toute la différence. Les mots peuvent aider ou blesser. Lequel choisiriez-vous?

  • Schizo
  • Fou
  • personne atteinte de schizophrénie
  • personne avec une maladie mentale

Le saviez-vous?

Quand vient le temps de parler de maladies mentales : l’éducation c’est la clé. Avoir les bons outils, savoir les bons mots à utiliser et savoir quand les utiliser correctement en parlant avec quelqu’un qui souffre de maladie mentale peut faire toute la différence. Découvrez notre boîte à outils Bell Cause.

Tout commence par la gentillesse

La simple gentillesse peut faire toute la différence. Un sourire, une bonne écoute ou une invitation à prendre un café : ces petits gestes de bonté peuvent aider à ouvrir le dialogue et à faire savoir à quelqu’un qu’on est là.

Des phrases comme « Ça va passer » et « Prends ça cool » peuvent nuire plutôt qu’aider. À la place, offrez votre soutien en disant : « Je suis désolé que tu ne te sentes pas bien » ou mieux encore, demandez ce que vous pouvez faire pour aider.

Être présent, c’est tout.

La maladie mentale est une expression très répandue de la souffrance humaine. Être à l’écoute et demander comment on peut aider ou simplement être là pour les gens que vous aimez est la première étape vers le rétablissement.

Voici quelques exemples de questions à poser :

  • Je suis désolé que tu ne te sentes pas bien. J’ai remarqué que tu avais la mine basse dernièrement.
  • Est-ce que tout va bien?
  • Comment puis-je t’aider?

Briser le silence

Deux personnes sur trois souffrent en silence, par peur d’être jugées ou rejetées. Engager la discussion est la première étape pour éliminer la stigmatisation.

Renseignez-vous sur les faits, soyez gentil, faites preuve d’écoute et soyez un bon ami. Prenez part à la conversation pour éliminer la stigmatisation une fois pour toutes.

Grâce au don de Bell Cause pour la cause au programme Aullak Sangillivalianginnatuk (Going Off, Growing Strong), la communauté de Nain a observé une réduction du taux de suicide chez les jeunes.

Rodd Laing, directeur de l’environnement, gouvernement du Nunatsiavut

Grâce au financement de Bell Cause pour la cause, 65 écoles totalisant 18 000 élèves du Newfoundland and Labrador English School District ont maintenant une personne-soutien sur place formée en santé mentale.

Lucy Warren, directrice adjointe des programmes, région Est, Newfoundland and Labrador English School District (bénéficiaire du Fonds communautaire Bell Cause pour la cause en 2015)

Au cours de la dernière année seulement, Bell a financé 720 heures de consultation par téléphone et en ligne, ce qui signifie que plus de 6 500 séances de consultation individuelles étaient accessibles aux jeunes partout au pays.

Sharon Wood, présidente et chef de la direction, Jeunesse, J’écoute

testimonial

Voyez ce que Kharoll‑Ann a à dire de la cyberintimidation.

testimonial

Samuel explique l'importance d'en parler.

Suivez-nous

facebook twitter instagram