Colonel Rakesh Jetly

Inscrit à l’Université de Toronto, au Programme d’instruction à l’intention des médecins militaires en 1989, le colonel Rakesh Jetly en sort en 1991 avec un doctorat en médecine. Diplôme en main, il est affecté à la base des Forces canadiennes Borden comme médecin militaire généraliste et médecin de l’air.

En 1993, M. Jetly prend part, comme médecin militaire supérieur, à la mission des Nations Unies sur le plateau du Golan et, un an plus tard, aux efforts humanitaires des Forces canadiennes au Rwanda.

En 1996, il est admis au programme de formation postdoctorale en psychiatrie de l’Université de Toronto et se voit promu au rang de major en 1997. Dès l’obtention de son diplôme en 2000, il est accepté comme associé au Collège royal des médecins et des chirurgiens du Canada (psychiatrie) et affecté au Centre de services en santé des Forces canadiennes (Atlantique). Pendant son affectation à Halifax, de 2000 à 2008, il occupe diverses fonctions, dont celles de directeur des services en santé mentale et de directeur régional du Centre de soutien pour stress et trauma opérationnels.

En 2006 et 2007, M. Jetly participe à deux missions en Afghanistan comme chef du détachement en santé mentale de l’unité médicale multinationale de rôle 3 mené par le Canada. Il est promu lieutenant-colonel en 2007 et envoyé en poste à Ottawa en 2008 comme conseiller en santé mentale du médecin-chef adjoint.

M. Jetly est promu à son rang actuel en 2011 et nommé psychiatre supérieur et conseiller en santé mentale du médecin général des Forces canadiennes. En 2015, il est nommé président de la « Chaire des Forces canadiennes Jonathan C. Meakins, CBE, CSRAC, en santé mentale chez les militaires ».

Il a également reçu l’Ordre du Mérite militaire en 2009. M. Jetly est professeur agrégé de psychiatrie à l’Université Dalhousie (Halifax), à l’Université Queen’s (Kingston) et à l’Université d’Ottawa. Il a fait paraître de nombreux articles dans des revues professionnelles et donne des conférences ici et à l’étranger sur le trouble de stress post-traumatique et la psychiatrie opérationnelle, entre autres.

Il vit à Ottawa avec sa femme, Julie, et ses trois enfants, Sarah, Serena et Deven.

La journée Bell Cause pour la cause

Lors de la Journée Bell Cause pour la cause, le pays entier a parlé. Vos actions ont permis à Bell d’investir plus d’argent en santé mentale. Cela nous aide à nous rapprocher davantage d’un pays libre de toute stigmatisation.

Découvrez où vont les fonds

Le Fonds communautaire Bell Cause pour la cause

Le Fonds communautaire Bell Cause pour la cause se consacre à améliorer l’accès au soutien et aux services pour les personnes vivant avec la maladie mentale à travers des initiatives locales et des organismes communautaires dans les collectivités de partout au pays.

En savoir plus