Chris Johnson

Lorsqu’il intègre l’industrie gazière et pétrolière de l’Alberta en tant qu’opérateur de grue, Chris ne fait alors pas grand cas de ses sautes d’humeur, et l’atmosphère « dur à cuir » qui y règne ne permet pas non plus l’introspection. À vrai dire, il avait bien senti que la mentalité générale du milieu n’encourageait pas la communication ni la prise en charge de la santé mentale des travailleurs de ce secteur reconnu pour être exigeant.

À 22 ans, Chris vit une séparation qui le plonge dans une profonde tristesse qui nuit beaucoup à son travail; il peut passer des journées à pleurer dans la cabine de sa grue. La situation ne peut plus durer et c’est pourquoi il se rend lui-même à l’hôpital. Sa capacité à extérioriser clairement ses émotions lui est bénéfique, car les étapes qui le mènent à son diagnostic se succèdent rapidement. Christopher est atteint de troubles bipolaires et on lui offre l’aide dont il a besoin. Le programme d’aide auquel il participe ensuite lui permet de comprendre certaines phases de son passé. Malgré ces progrès, il trouve que ses problèmes de santé mentale sont particulièrement incompatibles avec son milieu de travail. Par peur d’être jugé, il n’en parle donc pas, à l’exception de son entourage immédiat.

C’est un ami journaliste qui lui offre l’occasion de faire le grand saut et de s’ouvrir publiquement en parlant de la maladie mentale et de la stigmatisation dans son industrie. Chris se livre ainsi généreusement sur son passé. Les effets sont immédiats. Il se sent libéré du fardeau de son secret et se rend compte qu’il n’est pas le seul à être confronté à de tels enjeux. Il est aussi reconnaissant de faire partie d’une conversation qui s’amorce sur la santé mentale dans le grand secteur des corps de métier. Le dialogue doit toutefois se poursuivre, car il reste beaucoup de travail à faire…

C’est ainsi que Chris poursuit sa propre démarche de sensibilisation, dans l’espoir de faire évoluer les mentalités. Que ce soit avec ses collègues ou devant les admirateurs de son groupe de musique Form 10, ou encore par l’entremise du Comité de la sensibilisation à la santé mentale d’Edmonton (Edmonton Mental Health Awareness Committee – EMHAC), il aspire à être un ambassadeur de la santé mentale. Inlassablement, il prône l’importance de prendre soin à la fois de son corps et de sa tête, « parce qu’ils vont tout simplement ensemble ».

La journée Bell Cause pour la cause

PETITS GESTES - GRAND RÉSULTAT. Pour chaque message texte, appel mobile, appel interurbain, tweet avec le mot-clic #BellCause, visionnement de notre vidéo ou utilisation du filtre Snapchat et Facebook lors de la Journée Bell Cause pour la cause, Bell a versé 5 ¢ pour des initiatives en santé mentale.

Découvrez où vont les fonds

Le Fonds communautaire Bell Cause pour la cause

Le Fonds communautaire Bell Cause pour la cause se consacre à améliorer l’accès au soutien et aux services pour les personnes vivant avec la maladie mentale à travers des initiatives locales et des organismes communautaires dans les collectivités de partout au pays.

En savoir plus