Denni Clement

Denni est originaire de ʔaq’am, une communauté Ktunaxa située sur le territoire de cette nation autochtone en Colombie-Britannique. C’est là qu’elle a grandi, au milieu d’une somptueuse nature à laquelle elle se sent incroyablement connectée. Les montagnes, les rivières, les pratiques traditionnelles, la culture de sa nation font partie intégrante de son identité, tout comme les matriarches qui l’ont élevée et qui continuent de l’inspirer.

Cette communauté, que Denni porte dans son cœur, a aussi vécu des traumatismes. Plusieurs générations d’enfants de ʔaq’am ont été envoyées de force au pensionnat St. Eugene Mission. Ces séparations ont affecté l’ensemble de la communauté et causé des blessures profondes qui ne sont pas encore guéries. La détresse émotionnelle, la perte de la culture et diverses dépendances sont souvent devenues le triste legs avec lequel les habitants doivent composer. Lorsque Denni était plus jeune et qu’elle souffrait d’anxiété, elle a décidé de ne pas en parler, se disant qu’elle devait être forte pour survivre.

Un événement tragique vint alors marquer sa vie. Son oncle, à peine plus âgé qu’elle, s’est enlevé la vie. Ce geste l’a bouleversé terriblement. Elle n’a pas su comment composer avec cette perte. Elle s’est isolée, s’est désintéressée de l’école, s’est dissociée du monde et ne tenait plus à la vie. Dans un moment de lucidité, elle s’est rendu compte qu’elle avait besoin d’aide. En allant chercher du soutien, non seulement elle a appris à gérer sa dépression, mais elle a aussi acquis les outils dont elle avait besoin pour prendre soin d’elle. Après le secondaire, elle a décidé de partir à la découverte d’un autre coin du monde. Les sept mois qu’elle a passés en Asie du Sud-Est lui ont permis de mieux se connaître. Elle a aussi pratiqué la méditation qui s’est avérée bénéfique pour son corps comme pour son esprit.

Lorsqu’elle est rentrée au Canada, Denni a commencé à travailler pour sa communauté à titre de planificatrice stratégique. Grâce au rôle qu’elle a joué parmi les siens, elle a découvert ses forces et ses capacités. En étant au service de sa communauté, elle a éprouvé un profond sentiment d’appartenance et d’avoir un but bien précis. Elle a mené avec succès un processus d’engagement communautaire à ʔaq’am qui a permis la création du premier plan stratégique de la communauté. Ce plan est à l’origine de nombreuses initiatives fructueuses, comme une nouvelle école, une installation de production d’énergie ainsi que de nouvelles entreprises. Elle a quitté sa communauté pour poursuivre des études à l’Université de Victoria. En 2015, elle a obtenu son diplôme avec distinction. Depuis, elle a travaillé pour les gouvernements provincial et fédéral dans le cadre d’initiatives en matière de changement climatique et d’engagement communautaire autochtone.

Denni sait que les problèmes de santé mentale ne doivent pas être banalisés. Elle comprend à quel point il est important que tous les membres de sa communauté se sentent à l’aise de parler de santé mentale et puissent recevoir l’aide dont ils ont besoin pour guérir. Elle a vécu un traumatisme, et le temps lui a permis de développer ses propres mécanismes thérapeutiques qui l’aident à préserver sa santé mentale. Grâce notamment à la danse, à la chorégraphie et aux spectacles, elle peut s’exprimer librement et favoriser sa propre guérison. C’est sa façon de mettre en valeur sa culture et de faire comprendre que les femmes autochtones sont importantes et qu’elles ont le droit d’être aimées et entendues. taxas ⱡat ʔat ȼxanam- Cause pour la cause.

La journée Bell Cause pour la cause

PETITS GESTES = GRAND RÉSULTAT. Lors de la Journée Bell Cause pour la cause, Bell donnera encore plus pour soutenir des initiatives en santé mentale au Canada, en versant 5 cents pour chaque message texte, appel, tweet, visionnement de la vidéo dans les médias sociaux et utilisation de notre cadre sur Facebook ou du filtre sur Snapchat.

Découvrez où vont les fonds

Le Fonds communautaire Bell Cause pour la cause

Le Fonds communautaire Bell Cause pour la cause se consacre à améliorer l’accès au soutien et aux services pour les personnes vivant avec la maladie mentale à travers des initiatives locales et des organismes communautaires dans les collectivités de partout au pays.

En savoir plus