Jayson Pham

Lorsqu’il avait 15 ans, Jayson s’est fait frapper par une voiture. Ses proches et l’équipe médicale se sont assurés de son rétablissement physique et il a participé à quelques séances en thérapie pour se confier sur la peur qu’il avait eu lors de l’accident. Plusieurs mois plus tard, Jayson ne cesse de revivre ce moment dans sa tête. Il en fait des cauchemars et devient de plus en plus anxieux. Il se sent profondément déprimé et commence à avoir des idées suicidaires. Assez conservateurs, ses parents ne parviennent pas à comprendre l’étendue de sa détresse. Selon leur propre culture, cela fait partie du cercle de la vie et il doit repousser son mal par lui-même, le plus loin possible. Jayson se sent tellement vulnérable. Un beau jour, par un heureux hasard, un groupe de conférenciers vient à son école afin de partager leurs expériences personnelles avec la maladie mentale. La représentation à laquelle Jayson assiste l’incite à demander de l’aide. Il se confie à la travailleuse sociale de son école – qui l’inspirera à devenir lui-même travailleur social – qui le dirige ensuite vers un psychiatre pour jeunes. Les tourments de Jayson sont causés par un trouble de stress-traumatique, jumelé à une dépression et à de l’anxiété.

Les parents de Jayson parviennent à reconnaître sa maladie mentale et le soutiennent. Il s’agit pour lui d’une des parties les plus importantes de son rétablissement. Il peut ainsi cheminer avec une paix intérieure, plutôt que de devoir le faire dans l’adversité. Jayson est aussi convié à jouer le rôle d’ambassadeur de son école pour le programme « Cessons la stigmatisation ». Dans cette optique, il visite plusieurs établissements scolaires afin de parler de son histoire et de ses enjeux de santé mentale. Pour ne pas que les jeunes restent prisonniers de leur silence, il leur partage des moyens de trouver de l’aide. Jayson, qui a intimement vécu la stigmatisation, croit fermement que c’est l’éducation qui donnera à la santé mentale toute l’importance qu’elle devrait avoir au sein de la société. Il est déterminé à contribuer à ce grand mouvement d’enseignement.

La journée Bell Cause pour la cause

Lors de la Journée Bell Cause pour la cause, le pays entier a parlé. Vos actions ont permis à Bell d’investir plus d’argent en santé mentale. Cela nous aide à nous rapprocher davantage d’un pays libre de toute stigmatisation.

Découvrez où vont les fonds

Le Fonds communautaire Bell Cause pour la cause

Le Fonds communautaire Bell Cause pour la cause se consacre à améliorer l’accès au soutien et aux services pour les personnes vivant avec la maladie mentale à travers des initiatives locales et des organismes communautaires dans les collectivités de partout au pays.

En savoir plus