Paulette Walker

Tout commence par un événement, un traumatisme qui marque une blessure dans la vie d’enfant de Paulette. Depuis lors, sans trop le savoir, elle traîne avec elle un sentiment de tristesse qui ne part jamais. Paulette vieillit en croyant que les émotions négatives qu’elle ressent sont normales, qu’il en est ainsi pour tout le monde. Elle est déprimée et habitée par des idées suicidaires, qui la mènent à faire des tentatives. Paulette souffre. Elle consomme du crack afin d’apaiser ses tourments. Pendant plus de 20 ans, elle sera dépendante de cette substance qui lui permet de fuir son passé et la réalité. Paulette n’a plus d’espoir, prisonnière de ce mode de vie négatif et entourée de mauvaises fréquentations qui l’y maintiennent.

En 2002, elle est arrêtée par la police. Grâce à un juge avisé, le juge Paul Bentley, et au Tribunal de traitement de la toxicomanie de Toronto, Paulette est admise dans un centre de toxicomanie et de santé mentale. Là-bas, elle est entourée de gens qui ont foi en ses capacités et qui lui donnent assez confiance en elle pour y croire à son tour. Paulette se défait de sa dépendance, développe son estime personnelle et apprend à laisser aller le fardeau qu’elle traîne depuis son tout jeune âge. Pour ce faire, Paulette doit pardonner aux autres et se pardonner à elle-même. Voilà maintenant dix-huit ans qu’elle a retrouvé l’équilibre. Elle sait maintenant quels sont les bons choix à faire. Loin de renier son passé, elle s’en sert plutôt pour aider les autres qui connaissent des difficultés. Avec patience, elle les accompagne sur le chemin du rétablissement. Comme d’autres l’ont fait avec elle, Paulette leur apprend à se rebâtir, un jour à la fois.